On peut définir l’addiction comme une conduite résultant d’une envie répétée et irrépressible, qui persiste malgré les efforts pour s’y soustraire et la conscience de perdre sa liberté d’action. Longtemps réduite à la consommation de drogue, la notion d’addiction se décline aujourd’hui sous divers aspects: cyberdépendance (jeux vidéo ou pornographie, par exemple), dépendance au travail, dépendance à l’activité physique ou intellectuelle, entre autres. Les conséquences néfastes sur les plans physique, psychologique, familial et social sont manifestes, et différents traitements sont proposés pour vaincre ce fléau.

Mais a-t-on conscience des mécanismes qui se trament dans notre être intérieur ? Combat-on les réelles causes ?

Un problème trop récent pour la Bible ?

Certains pensent que la Bible est complètement dépassée concernant ce type de questions. Or, au contraire, elle nous éclaire grandement. Certes, elle ne mentionne pas le terme d’ « addiction ». Par contre, elle parle abondamment de la notion que révèle l’origine latine : ad – dicere (ou « dit à… ») qui évoquait la condition d’esclave à l’époque romaine. Celui qui était « dit à » son maître perdait son nom propre, et donc sa liberté. Esclave, mais de qui, de quoi ?

La Bible dit : « quiconque pratique le péché est esclave du péché » (Jean 8:34). Le péché est tout comportement qui déplaît à Dieu. Parfois, c’est indépendamment de la « dose » (tuer, voler, mentir, par exemple), d’autres fois c’est l’excès d’un comportement admis par Dieu, comme c’est le cas de plusieurs addictions : l’enivrement et la gloutonnerie sont des déviances du fait de boire et de manger. Non seulement nous avons ces tendances au fond de nous à vouloir toujours davantage, mais en plus, Satan, l’ennemi de Dieu et de nos âmes, s’acharne à nous y faire succomber de manière très rusée. Seuls, il est impossible de nous en sortir !

Une nécessité pour s’en sortir : la délivrance en Jésus

La racine du péché est profondément ancrée en nous, et c’est seulement en acceptant le salut offert par Jésus-Christ qu’Il pourra réellement changer notre cœur et remplir ce vide que nous cherchons à combler par diverses addictions. En réponse à cet esclavage, nous avons la promesse que « Si le Fils vous affranchit, vous serez réellement libres » (Jean 8:36). Pratiquement, nous pouvons remettre toutes nos difficultés à Dieu avec confiance, et être assurés qu’il nous aidera à les surmonter.

Est-ce à dire que toutes les autres solutions sont inutiles ? Bien sûr que non ! Expérimenter la délivrance en Jésus est une condition nécessaire pour être libérés des addictions, mais le propos n’est pas de dire que la transformation sera « magique ». Suivant le degré de l’addiction, il sera nécessaire en pratique de prendre des mesures radicales, de rendre compte de notre état à une personne de confiance, voire même de suivre un traitement.

Une chose est sûre : si tu veux vaincre une addiction avec laquelle tu te débats, il faudra la remplacer par des activités saines au quotidien. Passer du temps avec des amis, chercher à te rendre utile, avoir un projet personnel. En tous les cas, n’hésite pas à contacter un responsable du site, si tu en ressens le besoin.

Cet article répond-il à tes attentes? Si tu as d'autres questions sur ce sujet, n'hésites pas à nous les poser !